Peuples de l’isthme en résistance_ San Mateo del Mar

San Mateo del Mar est un village de pêcheurs situé au sud du Mexique, plus précisément dans l’Isthme de Tehuantepec. Une région où le vent est plus qu’optimal pour les entreprises éoliennes. Avec l’aide de la banque interaméricaine de développement (BID), ils prétendaient imposer le mégaprojet éolien le plus grand de toute l’Amérique latine. Les communautés en résistance se sont unies au sein de l’Assemblée des peuples indigènes de l’Isthme en vue de la défense de la terre et du territoire. Récemment, ils ont obtenu une mesure de protection et un dialogue avec les entreprises et le gouvernement, mais ce n’est pas une garantie, c’est la raison pour laquelle la lutte continue.

Le peuple q’eqchi de Monte Olivo défend son territoire

La communauté Monte Olivo est située dans le nord du Guatemala à Alta Verapaz. Sa langue principale est le Q’echi. Monte Olivo est une des nombreuses communautés qui défend sa terre, sa culture et sa vie dans le contexte de l’implantation du projet d’hydroélectrique Santa Rita. Suite à quoi, l’Etat a usé de violences à l’encontre des familles et des communautés.
Grâce à sa lutte, ils ont obtenu la cessation de la répression au moyen d’une mesure de protection présentée auprès des institutions responsables.

La rivière Paz et les mouvements de résistance

La frontière entre le Guatemala et le département de Ahuachapan au Salvador est constituée par la rivière Paz. Dans la région, il y a beaucoup de sources d’eau, plus de 200 hectares de forêts et parcs et les habitants survivent de la culture du café, de la canne à sucre, du maïs, des haricots et, dans la zone côtière, de la pêche.
Tout ceci est en péril aujourd’hui. C’est pourquoi, les communautés s’organisent pour défendre l’eau et leur bien-être.

COPINH – rébellion indéfectible

Le Copinh est une organisation qui milite pour les droits des plus pauvres et qui défend les droits du peuple.
Le Conseil Civique des organisations populaires et indigènes du Honduras (COPINH) lutte, résiste et construit des alternatives depuis plus de 23 ans. Il s’agit d’une organisation indigène, antipatriarcale et antinéolibérale qui recherche le bien être des communautés indigènes. 200 communautés sont organisées au sein du Copinh à l’échelle de six départements.
Le documentaire montre la diversité des luttes et le courage et la dignité des membres de l’organisation.

„Avec notre autonomie et autodétermination, notre pression et mobilisation, nous sommes parvenus à la reconnaissance de titres communautaires, à la construction de routes et d’écoles et bien d’autres bénéfices que l’on doit au Copinh grâce à sa lutte acharnée.“

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google Foto

Du kommentierst mit Deinem Google-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s